• Jodi Taylor
  • Traduit de l'anglais par : Cindy Colin Kapen
  • Collection : Littérature
  • Rayon / Genre : SF / Fantastique
  • ISBN : 9782357203761
  • Pagination : 336 pages
  • Façonnage : Broché
  • Prix : 14.50 €
  • Parution : 25 octobre 2018
  • Format : 13 x 20 cm

D’écho en échos

Derrière la façade très académique de l’institut St Mary, les équipes d’historiens, de techniciens, de chercheurs ont découvert le secret du voyage dans le temps.
Ici on n’étudie pas seulement le passé, on le visite…

Dans ce deuxième tome, la jeune historienne Madeleine Maxwell et son équipe ont bien l’intention de continuer leur travail de recherche et leurs mystérieux voyages.

Ils se retrouvent ainsi projetés dans le Londres Victorien de Jack l’Éventreur. Jamais très loin de leur tasse de thé, ils deviennent les témoins volontaires du meurtre de Thomas Becket et partent même sur l’île Maurice pour tenter de sauver les derniers dodos…
Bien évidememnt, rien ne se passe jamais comme prévu et tout se complique lorsqu’un obscur ennemi décide de détruire l’institut St Mary, quitte à anéantir l’Histoire elle-même.

L'avis des lecteurs

  • Rosalie - Les Reines de la Nuit

    Cette lecture a été un pur régal dont j’ai savouré chaque page !

    Après les péripéties vécues par Maxwell dans le livre précédent, nous la retrouvons en bien fâcheuse posture.
    En compagnie de sa meilleur amie, Kal qui effectue son dernier saut temporel, les deux jeunes femmes se retrouvent face à un Jack l’éventreur qui ne leur veut pas que du bien et c’est un doux euphémisme.
    Remises tant bien que mal de leur périple et de leur affrontement avec Jack, Max est contrainte de se rendre dans le St Mary du futur car le chef Leon Farrell a été kidnappé par un ennemi revenu du passé – ou du futur – et qui a un seul désir : anéantir St Mary !
    Une fois la situation provisoirement rétablie et après maintes péripéties, Max va subir une terrible attaque dans sa vie privée et de femme qui va l’anéantir.
    Mais c’est sans compter sans sa force de caractère et son opiniâtreté !
    C’est donc la tête haute qu’elle va partir, cette fois, au XVIième siècle pour tenter de découvrir pourquoi Elizabeth Ière d’Anglettere est morte en lieu et place de Marie Stuart.
    Une anomalie de la trame temporelle et de l’Histoire avec un grand H qui risque bien de bouleverser le monde actuel !

  • Bianca - Des livres, des livres !

    J’ai tout autant aimé D’écho en échos que j’ai trouvé très réussi !

    Vous vous souvenez sans doute que j’avais découvert il y a déjà plusieurs mois de cela le premier tome des « Chroniques de St Mary », Un monde après l’autre, que j’avais beaucoup aimé.

    J’attendais donc avec impatience de retrouver Max, le Chef Farrell, Guthtrie, Tim, Mrs Partridge et l’ensemble des protagonistes de cet institut pas comme les autres. Et si j’ai trouvé ce second tome moins surprenant puisque je connaissais déjà l’univers, j’ai tout autant aimé D’écho en échos que j’ai trouvé très réussi.

    Car tout ce qui faisait le sel du premier tome est bel et bien là : une intrigue à cent à l’heure, beaucoup d’humour, d’action, une bonne dramaturgie et des personnages attachants. Une fois de plus, les pages se tournent toutes seules et on ne s’ennuie pas une seconde en compagnie de Max et de ses collègues.

    Jodi Taylor nous propose ici un roman d’aventures très rythmé, porté par une héroïne maladroite qui sème inéluctablement le chaos autour d’elle. D’emblée, elle ferre lecteurs et lectrices avec une scène inaugurale forte en adrénaline puisque Max et Kal se retrouvent nez à nez avec le tueur en série le plus célèbre de l’Histoire : Jack l’éventreur.

    Et ferrés, nous le sommes jusqu’au point final car l’auteure tisse très habilement sa toile et nous propose une intrigue haletante et des voyages dans le passé ou le futur qui donnent diablement envie d’intégrer l’institut St Mary !

    Max, véritable poissarde de l’Histoire, essuie bien des coups durs mais c’est une héroïne avec des failles, très courageuse, pleine de ressources et qui finit toujours par rebondir, quoiqu’il arrive, elle est très attachante et l’ensemble des personnages est à l’avenant.

    Si le voyage dans le temps est bien la thématique principale du roman, l’histoire a le plus souvent pour cadre l’institut St Mary avec ses historiens, ses techniciens, ses informaticiens, son infirmerie et son équipe de sécurité.

    Il y a beaucoup de ressorts dramatiques car comme je le disais plus haut les missions virent tout le temps à la catastrophe mais aussi pas mal d’humour et surtout énormément de rythme et de rebondissements, Jodi Taylor relance sans cesse notre intérêt et on se surprend à regretter d’arriver si promptement au point final.

    J’ai vraiment aimé le mélange Histoire, fantastique et action. On peut reprocher toutefois à l’auteure son manichéisme avec d’un côté les gentils vraiment gentils et de l’autre les méchants vraiment méchants, c’est mon seul bémol.

    Vous l’aurez compris ce roman qui mêle Histoire et science-fiction est vraiment passionnant, il y a du rythme, de l’humour et du second degré, je ne peux que vous le conseiller dès 15 ans car j’ai passé un très bon moment avec Max et les équipes de St Mary.

  • Du côté de chez Cyan

    Drôle, bourré d’action, distrayant !

    Suite aux évènements du 1er tome, nous retrouvons Max et ses collègues de l’Institut St-Mary pour de nouvelles (més)aventures, qui ne seront pas de tout repos.

    Mon résumé est volontairement très succinct: il se passe beaucoup de choses dans ce 2e opus et je ne voudrais pas vous spoiler!. Je vous déconseille également de lire la 4e de couverture, qui en dit beaucoup trop à mon goût. Si vous avez aimé le tome 1, tout ce que vous avez besoin de savoir sur le contenu, c’est qu’il est dans la même veine 😉

    Dans la même veine, c’est-à-dire qu’il a les mêmes qualités, mais aussi les mêmes défauts. Le gros point fort du livre, c’est qu’il se passe toujours un tas de choses et qu’on n’a donc pas le temps de s’ennuyer. Le pendant négatif de cette qualité, c’est que l’ensemble donne l’impression d’une succession d’épisodes plutôt que d’une intrigue générale d’un seul tenant. Le récit semble parfois un peu brouillon, du fait que ça part dans tous les sens.

    Oui, mais… ça part dans tous les sens, et donc c’est fun, c’est remuant et l’auteur n’a pas peur d’aller dans le nawak le plus complet. On rit beaucoup, que ce soit des répliques proférées par les personnages ou des situations hilarantes dans lesquelles ils se retrouvent régulièrement. On sent que ç’a été amusant à écrire et ça l’est également à lire.

    A côté de ça, certains passages auraient gagné à être développés davantage. C’est un peu frustrant quand la situation se dénoue très vite et qu’on passe immédiatement à autre chose. Parfois, ça va tellement vite qu’on ne sait plus trop sur combien de temps se déroulent les évènements ou qui sont exactement les personnages dont on nous parle, parce que l’auteure ne prend pas assez de temps pour nous parler d’eux. Surtout quand les noms se ressemblent: je n’ai compris qu’il y avait un Evan et un Evans, qui n’étaient pas la même personne, qu’à la fin.

    Pour finir, l’aspect historique est très intéressant. C’est toujours bien mené et on apprend des choses sur les époques visitées. J’aurais cependant aimé que ça soit un peu plus exploité, là encore parfois ça va trop vite.

    Dans l’ensemble, ce 2e tome a été une bonne lecture: c’est drôle, bourré d’action, distrayant et ça se dévore très rapidement malgré le côté un peu brouillon du récit. J’aurais cependant apprécié que l’auteure prenne le temps de développer plus certaines choses et j’espère qu’elle le fera dans le tome 3, que je lirai avec plaisir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *